Histoire

(Extraits du dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne d’André LECLERC)
 
CHAMBORÊT
Chef-lieu de commune du canton de NANTIAT
Superficie de 2.159 ha
907 habitants (date non précisée)
Altitude : 378m vers le village des Forêts
Origine du nom : CAMBORESCUM puis CAMBORESIUM
 
 
 
Paroisse faisant partie de l’archiprêtré de Saint-Junien, elle avait un prieuré de filles dépendant de l’Abbaye de la Règle à partir de 1412.
 
Les patrons de la commune sont Saint Antoine et la Sainte Vierge.
 
Le Prieur, qui était le plus souvent le curé de la paroisse, était nommé par l’Abbesse de la Règle de 1474 à la Révolution.
Il y avait 600 communiants pour environ 800 habitants à la fin du 18ème siècle.
 
Une vicairie existait en l’honneur de Saint Antoine et Sainte Madeleine en 1447.
Guillaume GUITHON, nommé curé en 1788, fit de la « résistance » à la République.
Le Conseil Municipal conduit par le Sieur VINCENDON, maire, fut chargé de faire prêter serment de citoyenneté au curé GUITHON, le 17 janvier 1791.
Celui-ci refusa, jusqu’à son changement d’attitude le 10 avril 1791 et prêta serment.
Le Conseil Municipal lui confia la fonction d’Officier de l’Etat Civil le 20 octobre 1792 pour la lui retirer, ainsi que son certificat de civisme, le 2 février 1793 par 12 voix sur 13 votants.
François HELITAS fut nommé curé, après la Révolution, en 1803.
A partir de là, la paroisse fut desservie par le curé de VAULRY ou par celui de NANTIAT.
Le presbytère fut vendu comme Bien National le 3 juin 1796.
L’Eglise, qui était en très mauvais état, a cependant servi jusqu’en 1848.
A cette date, on a rebâti l’Eglise et le presbytère.
L’Eglise actuelle, composée d’une seule nef, d’un clocher au-dessus de la porte d’entrée, de fenêtres cintrées ornées de beaux vitraux, a été bénite le 28 janvier 1852.
De 1848 à 1852, les messes étaient célébrées dans une grange affectée à cet effet.
La cloche porte l’inscription suivante en lettres gothiques :
« S. GABRIEL ORA PRO NOBIS L’AN MIL CCCC IIII VII » (1448)
Avant la Révolution, il y en avait une autre sur laquelle on a vu cette invocation au patron de la paroisse :
« S. ANTONI ORA PRO NOBIS, L’AN MIL CCCC IIII IIII (1444)
 
LE BÂTIMENT:
Il existait un château dont il ne reste plus rien. En 1582, il appartenait à Pierre DE BOYOL. Jeanne, la fille de celui-ci, épousa en 1587 Jean DE VILLELUME, Sieur de Barmontet, devenant par là-même Seigneur du Bâtiment.
 
CORRIGE:
On a trouvé en ce lieu : un souterrain-refuge de l’époque gallo-romaine, plusieurs urnes funéraires, des briques et des vases de la même époque ainsi qu’une monnaie en bronze de TETRICUS.
En 1587, Piere DE PONNES,écuyer, était Seigneur de Corrigé.
Gabriel PAPON DU BREUIL le fut en 1611.
Jeanne DE BRETTES apporta en dot la terre de Corrigé à Jean DE VILLELUME,écuyer et Seigneur de Chamborêt et de Morcheval, lorsqu’elle l’épousa vers 1700.
 
LES FORETS:
Martial PAPON était Sieur Des Forêts en 1585.
François DE BRETTES était écuyer en 1690 et François CHARRON, écuyer en 1745.
 
JUNIAT:
On a trouvé dans ce village parmi d’anciennes constructions ruinées une monnaie en bronze d’ANTONICA. Le noble homme PEROT Bertrand, Damoiseau, était Seigneur de JOUGNAC en 1345.
 
MORCHEVAL:
Appartenait à la famille DE VILLELUME.
 
PELLECHEVENT:
En 1699, Joseph DE CHAUVET, écuyer, était Sieur de Lage, Pellechevent et Nantiat.
 
LE PEROUX:
En 1826, on a trouvé dans ce village une sépulture gallo-romaine composée de 2 pierres de 0.48m de côté se recouvrant l’une l’autre. Au centre, une cavité sphérique de 0.17m de diamètre contenant l’urne cinéraire.
 
TAILLAC:
Nicolas PETIOT, Sieur de Taillac, né en 1631, épousa Anne DE VILLELUME du Bâtiment.
 
VAUX:
Par contrat du 8 juillet 1786, Léonard RATEAU DE VAUX, brigadier des gardes du corps du Roi, vendit à Martial GUIBERT Fils, monnayeur de la ville de Limoges, le lieu de Vaux pour la somme de 44 000 F.
 
PERISSET:
Ce village, aujourd’hui de la commune de Nantiat, dépendait jadis alternativement par année de la paroisse de Chamborêt ou de la paroisse de Nantiat. Il avait une Chapelle.